Le Fort de Bois l'Abbé

Fermer la fenêtre
 

 

Les galeries de communication et l'éclairage

En temps de paix, des puits soigneusement blanchis et surmontés d'un vitrage servaient à l'éclairage et à la ventilation des communications souterraines.
En temps de siège, ces puits étaient comblés, les autres ouvertures obturées, et l'éclairage artificiel devenait permanent. Des lanternes-appliques munies de lampe à huile de colza et de réflecteurs spéciaux étaient accrochées dans les galeries, tous les 20 ou 30 m (de préférence aux intersections et en face des magasins ou escaliers).
Le reste des locaux d'habitation était éclairé à la bougie (lampes à suspension et chandeliers), des lanternes portatives étant utilisées pour les rondes.

 

L'éclairage des chambres de troupe

Une lampe à huile dans une cage-applique

Une lanterne portative à huile végétale

Fermer la fenêtre