–––––––––––––

–––––––––––––

–––––––––––––

–––––––––––––

–––––––––––––

–––––––––––––

–––––––––––––

–––––––––––––

–––––––––––––

–––––––––––––

–––––––––––––

–––––––––––––
 

 
 

La fortification Séré de Rivières

Le Fort d'Uxegney fait partie du vaste ensemble méconnu de défense de la France, dit de Séré de Rivières, édifié de 1874 à 1914, intermédiaire entre la fortification bastionnée de Vauban et la fortification enterrée de la Ligne Maginot.

Suite à la guerre de 1870 et à l'annexion de l'Alsace-Lorraine retraçant les frontières en notre défaveur, il apparut nécessaire de moderniser notre défense. Tâche en fut confiée au Général polytechnicien Séré de Rivières (1815-1895), concepteur d'un nouveau système fortifié dont le principe est le suivant:

Composé de forts placés sur des points dominants du terrain et de troupes patrouillant dans les intervalles, il a pour but d'empêcher une invasion par la dissuasion, et si malgré tout une attaque avait lieu de la retarder le temps de mobiliser.

Pour ne pas laisser le choix à l'ennemi, la ligne de défense est discontinue: le front essentiel du système est formé de deux lignes de forts appelés "rideaux défensifs" terminées par des villes entourées de forts. Ce sont les rideaux Verdun-Toul et Epinal-Belfort.
Entre les deux se trouve la trouée de Charmes, plaine non fortifiée qui est un "piège" destiné à attirer l'ennemi pour pouvoir le prendre en tenaille.

L'ensemble est renforcé par d'autres rideaux défensifs et trouées, par des places d'arrière et des forts isolés situés de part et d'autre de la position.


Le projet de Séré de Rivières décrété en 1874 fut entièrement achevé en 1885. Il représente sur le territoire plus de 150 forts, 40 ouvrages secondaires et 250 batteries d'artillerie.

Mais cette œuvre à peine terminée survînt en 1885 une révolution technique dans l'artillerie, la crise de "l'Obus-torpille" . Les forts de Séré de Rivières construits en maçonnerie et dont les canons étaient à l'air libre derrière des parapets, perdaient toute résistance face aux nouveaux obus chargés de mélinite, un explosif surpuissant.

Limités par les crédits on décida alors de moderniser une partie seulement du système, c'est-à-dire essentiellement les quatre places de Verdun, Toul, Epinal et Belfort. Les forts concernés furent dans un premier temps renforcés par du béton spécial (non armé), et leur artillerie trop exposée installée dans des batteries extérieures. Puis après 1897 le béton spécial laissa place au béton armé et on installa dans les forts des tourelles à éclipse, prouesses de technologie.

La guerre de 1914 éclata. Tous ces travaux réalisés pendant 40 ans ne furent pas inutiles car les Allemands agirent selon le plan de Séré de Rivières. Ne se risquant pas à attaquer nos forts, ils les contournèrent en traversant la Belgique, provoquant ainsi l'entrée en guerre de l'Angleterre. C'est ainsi que fut stoppée l'avance ennemie à la bataille de la Marne.

Le Fort d'Uxegney est donc l'un des seize forts de la place d'Epinal.
Exemple type d'un fort Séré de Rivières modernisé en plusieurs étapes (béton spécial, béton armé et cuirassements), il a passé sans dommage les deux guerres de 1914-1918 et 1939-1945, et mérite amplement d'être restauré et conservé comme élément du patrimoine. Tel est le but de notre association.

 

Le fort d'Uxegney

Le fort d'Uxegney situé sur une hauteur de 379 mètres au dessus de la Vallée de l 'Avière avait pour mission de contrôler l'axe Epinal-Mirecourt, la voie ferrée Epinal-Nancy et le canal de l'Est.

Le fort a le plan d'un pentagone délimité par un fossé. La construction d'origine fut édifiée en deux ans seulement (1882-1884). Elle comprenait des casernements, magasins à vivres et à munitions et abris. Ces locaux en pierre de taille (gré bigarré) étaient d'abord bâtis à ciel ouvert, puis recouverts de la terre provenant du creusement du fossé et de la mise à niveau du terrain naturel.

L'armement consistait en une dizaine de canons de Bange ou Lahitolle répartis sur les 3 faces avant du fort, à l'air libre sur des plates-formes. Cette première construction revint à environ 1 700 000 francs de l'époque.

Les premiers renforcements datent de 1893. Ils consistèrent en une coulée de béton spécial sur l'entrée du fort, le magasin à poudre et sur plusieurs chambrées, ainsi que la protection d'un abri de rempart recouvrant une citerne.

Plan des dessous en 1896


La deuxième phase exécutée à partir de 1910 transforma complètement le fort. Celui-ci fut doté de quatre tourelles à éclipse (une tourelle à un canon de 155 mm raccourci, une tourelle à 2 canons de 75 mm raccourci et 2 tourelles de mitrailleuses), de deux casemates "de Bourges" (2 canons de 75 par casemate) pour le flanquement des intervalles avec les forts voisins, de 3 observatoires cuirassés et de cloches de guet blindées; plusieurs salles furent encore renforcées et on construisit une gaine en béton armé reliant tous les organes de défense; la surveillance du fossé fut modifiée par la construction de coffres de contrescarpe; enfin on mit en place une petite centrale électrique pour l'éclairage.

Entre les deux guerres le fort était régulièrement entretenu. Les Allemands le rendirent à peu près intact en 1944 alors qu'ils avaient ferraillé les autres forts de la Place d'Epinal. Utilisé comme dépôt de munitions dans les années 1960, il fut ensuite abandonné. Notre Association a pris en charge sa restauration depuis le mois d'octobre 1989.

Haut de page

     

Le Général
Séré de Rivières


Né à Albi en 1815
mort en 1895
Polytechnicien et
officier du Génie.